#TOUT SAVOIR SUR L’HYMEN

Définition de l’Hymen…

L’hymen est une petite membrane qui ferme partiellement l’orifice vaginal, à 1 centimètre environ de l’entrée de celui-ci. L’obturation n’est que partielle pour permettre l’écoulement des règles. L’hymen n’a aucune utilité physiologique : il s’agit du vestige embryonnaire de la membrane qui sépare à l’origine les deux parties du vagin d’origine embryonnaire différente. Comme l’explique la définition de l’académie de Médecine : « A partir de la puberté, l’hymen peut être suffisamment souple et élastique pour permettre des rapports sexuels complets sans déterminer de lésion traumatique. »

En gros « L’hymen sépare le vagin de la vulve mais au therme de sa croissance, il est possible que l’hymen disparaisse… De plus il peut être élastique et se laisser pénétrer sans se rompre. » Mais il peut également se rompre sans causes spécifiques…

Toutes les personnes sont différentes, il est donc normal d’avoir, d’une femme à l’autre, un hymen différent. Pour autant, votre différence n’interfère pas dans votre vie quotidienne ou sexuelle.

  • l’hymen imperforé, rare, diagnostiqué à la naissance et nécessitant une incision chirurgicale pour permettre l’écoulement ultérieur des règles ;
  • l’hymen pratiquement inexistant ;
  • l’hymen annulaire (le plus courant, avec un orifice circulaire de diamètre variable) ;
  • l’hymen « complaisant » très élastique, qui se déchire facilement sans saigner ;
  • l’hymen microperforé (obstruant presque entièrement le vagin, ce qui rend l’utilisation de tampons difficile) ;
  • l’hymen labié (avec une fente mince horizontale ou verticale) ;
  • l’hymen cribriforme (percé de plusieurs petits orifices).

L’Hymen ne se Rompt pas…

Pour beaucoup de personnes et plus particulièrement dans la culture musulmane, la rupture de l’hymen signifie qu’une personne a été déflorée alors qu’on sait tous, désormais, que certaines n’ont pas d’hymen, que l’hymen peut se rompre à n’importe quel moment ou ne pas se rompre du tout…

D’ailleurs « l’Hymen ne se Rompt pas ». C’est erroné de penser ça parce que si on veut être tout à fait honnête, lors d’une première pénétration vaginale, rien ne se rompt  « c’est simplement la taille de l’orifice au centre de la membrane qu’est l’hymen qui peut se modifier en fonction de la souplesse qui varie en fonction des femmes. »

Les Saignements ou la Douleur ne viennent pas de l’Hymen…

Lorsqu’on parle de douleurs ou de saignements lors de la pénétration vaginale, là aussi c’est erroné d’associer cette réaction à l’hymen car la douleur fait son apparition pour plusieurs possibilités :

Autant de possibilités que de positions

Mais le saignement aussi peut faire son apparition pour plusieurs possibilités dont la sécheresse vaginale.

Prenons l’exemple de votre visage… Ok ? Admettons que vous avez une peau sèche qui desquame. Si vous gommez, vous allez voir avoir des tiraillements, des rougeurs ou encore des douleurs. Si vous grattez la peau parce que la desquamation vous démange, vous allez aussi avoir des douleurs. Il faudra donc hydrater et nourrir en profondeur avant d’avoir une peau de bébé. Maintenant imaginez que votre vulve fonctionne de la même manière que votre visage. Si vous tentez une pénétration sans prendre soin de votre vulve (Lubrification, Nutrition, Hydratation), vous allez irriter votre peau ce qui entrainera des douleurs ou des saignements.

En conclusion, ce qui va permettre une pénétration vaginale plus ou moins agréable, c’est surtout la lubrification (qu’elle soit naturelle ou à base d’un lubrifiant), la douceur de votre partenaire mais également la longueur des « préliminaires » car plus on fait monter l’excitation, plus vous allez lubrifier de façon naturelle.

Ce qui fait également qu’une pénétration vaginale est plus ou moins agréable c’est le temps et l’expérience. Il est normal de ne pas être tout à fait a l’aise au début, de ne pas apprécier plus que ça, de ressentir une petite gène etc… Car c’est une partie de notre corps encore peu expérimentée et on ne peut pas maitriser un sujet qu’on ne connait pas encore…

Idées Reçues…

Toutes ces idées reçues, sont à l’origine de ce qu’on appelle le « test de virginité ». En effet, dans certaines cultures, on exige qu’un examen gynécologique soit réaliser sur les jeunes femmes, avant le mariage par exemple, pour vérifier que l’hymen est « toujours » en place…

C’est un examen gynécologique perçue, bien souvent, comme une violation de son intimité car même si on insère pas de spéculum dans votre vagin, on se permet de regarder votre entre jambe comme s’il ne vous appartenez plus.

Ce « test de virginité » est une source de stress avant, pendant et après, ce qui joue forcément sur votre libido et sur votre plaisir sexuel lors de la pénétration vaginale.

Ce « test de virginité » est une telle source de stress qu’il arrive que certaines femmes procèdent à  l’hyménoplastie et l’hyménorraphie. Ce sont deux types d’opérations en vue de « reconstruire » l’hymen.

Les personnes qui le font, agissent pour éviter une pression sociale telle que des remontrances ou encore un rejet mais elles ne savent pas encore l’impact psychologique que cela peut avoir sur leur vie sexuelle…

Au même titre que « le test de virginité » il existe « le test du draps rouge » qui consiste à vérifier que l’hymen a bien été perforé en laissant une trace de sang sur le draps… Sauf qu’on a vu tout a l’heure, que le sang n’était pas du tout du à l’hymen perforé mais plutôt dû à un manque de lubrification. C’est un « test » perçu comme vraiment intrusif car après avoir fait l’amour avec votre partenaire, on est là à vous observer, observer votre literie et vous juger comme si cette trace de sang était représentative de la personne que vous devez être aux yeux de la société… Ce « test du draps rouge » est donc une nouvelle source de stress avant, pendant et après, car au lieu de vous concentrer sur le moment présent, vous aurez tendance à prier pour que le sang s’écoule, ce qui joue forcément sur votre libido et sur votre plaisir sexuel lors de la pénétration vaginale.

Conseil @Ingredientsdebonheur

Laisser un commentaire